Un outil indispensable pour la retraite ...

Versements programmés sur l'assurance vie ? Un outil indispensable pour la retraite ...

Avec 1200 milliards d'euros d'épargne et 12 millions de souscripteurs, l'assurance vie n'est pas seulement le placement favori des français, c'est aussi celui sur lequel ils placent leurs économies en vue de la retraite. « 66 % des français actifs qui préparent financièrement leur retraite privilégient l'assurance vie », notent ainsi les experts de l'organisme de sondage TNS Sofres en marge de plusieurs études sur la prévoyance et la retraite.

Un des atouts de l'assurance vie est qu'elle permet de se constituer des revenus complémentaires pour la retraite avec une grande souplesse.

L'utilisation des versements programmés est un bon moyen d'accroître son capital de façon sereine et régulière car ils lissent les effets des marchés boursiers. Ils peuvent être mis en place sur tous les contrats d'assurance-vie, capitalisation et retraite individuelle. Très souples, ils peuvent être installés, suspendus ou modifiés à tout moment. Outre leur souplesse, ils sont très accessibles : ils ne nécessitent pas la mobilisation d'un capital initial et les montants minimum sont souvent de l'ordre d'une centaine d'euros par mois.

Prenons l'exemple d'un épargnant qui ouvre un contrat d'assurance-vie aujourd'hui et qui le dote de 30.000 euros (soit 28.800 euros investis après 4 % de frais d'entrée). Le taux de capitalisation net de frais est de 3,2 % pour le fonds en euros et de 7 % pour les unités de compte (fonds actions), pour une répartition de 60 % sur le fonds en euros et de 40 % sur les supports actions. Avec la mise en place de versements réguliers mensuels de 150 euros bruts, le capital de cet épargnant atteindrait presque 70.000 euros au bout de 10 ans, contre 43.500 euros sans les versements programmés.

Contrairement aux idées reçues, l'assurance-vie n'est pas seulement un réceptacle pour une somme importante à un moment donné. Elle reste le moyen le plus sûr de se constituer progressivement un capital. Pas si bête, en cette période d'incertitude sur les retraites...

 

 

question

question-celtique-courtageUNE QUESTION ?


Contactez-nous !

 

NOS PARTENAIRES